ROBERT BURNS ET LA LOGE

Robert Burns a eu des contacts avec des membres de la Loge Canongate Kilwinning bien avant de mettre les pieds à Édimbourg.

 

Le premier était peut-être Sir John Whitefoord de Ballochmyle, qui a été initié à la franc-maçonnerie à la Loge Canongate Kilwinning le 12 février 1765. Il y a une lettre non signée avec l'écriture de Robert Burns à Sir John Whitefoord, vraisemblablement écrite pour le directeur principal de la Loge St James Tarbolton, la loge de Burns, déplorant les difficultés que la Tarbolton Lodge avait rencontrées et lui demandant de l'aider.

 

Le domaine Ballochmyle appartenant à Sir John Whitefoord était proche de Mossgiel et Robert Burns se promenait fréquemment sur le terrain. Sir John était probablement le premier de la noblesse terrienne que Robert a connu personnellement et ses contacts devaient plus tard lui être utiles.

 

Cependant, Sir John Whitefoord a perdu beaucoup d'argent dans l'effondrement de la banque Ayr, Douglas, Heron & Co, au point qu'il a dû vendre la propriété Ballochmyle à Sir Claud Alexander.

 

 

Par conséquent, au moment où Robert Burns est arrivé à Édimbourg en novembre 1786 et lui a écrit, Sir John a reconnu que son influence n'était plus ce qu'elle était.

Le deuxième membre de Lodge Canongate Kilwinning qui a eu une influence sur Robert Burns était Dugald Stewart, professeur de mathématiques à l'Université d'Édimbourg. Il avait entendu parler de Burns lorsque son ami aveugle, le Dr Thomas Blacklock, membre de la Loge de Holyroodhouse (St Luke's) No 44, lui avait demandé de lui lire quelques poèmes de l'édition Kilmarnock qui avaient été envoyés à Blacklock pour avis par le Le révérend George Lawrie, ministre de la paroisse de Loudoun près de la ferme des Burns à Mossgiel.

Le professeur Dugald Stewart avait un domaine à Catrine sur la rivière Ayr près de Mossgiel et était un ami proche du Dr John Mackenzie, le médecin de famille de Burns. Par l'intermédiaire du Dr Mackenzie, le professeur Stewart a invité Robert Burns à dîner à Catrine le lundi 23 octobre 1786. Un peu plus d'un mois plus tard, Robert Burns est arrivé à Édimbourg. Bien qu'il y ait eu de nombreux facteurs dans sa décision d'y aller, l'influence de ces deux membres de Lodge Canongate Kilwinning a été importante.

 

Selon les livres de procès-verbaux, le professeur Dugald Stewart a été initié à la franc-maçonnerie à Lodge Canongate Kilwinning le 4 décembre 1775.

 

James Dalrymple d'Orangefield et son cousin germain le comte de Glencairn étaient d'autres francs-maçons impliqués dans Lodge Canongate Kilwinning qui ont réussi à persuader Robert Burns d'enquêter sur une deuxième édition de poèmes à publier à Édimbourg.

 

Il est entendu que les deux étaient membres, bien que, comme tant d'autres membres notables, ils ne soient pas mentionnés dans le procès-verbal de la Loge. Il est évident qu'ils ont régulièrement fréquenté le Lodge Canongate Kilwinning.

Robert Burns est arrivé à Édimbourg le 28 novembre 1786 et a écrit à John Ballantine le 13 décembre, énumérant les membres de la Société d'Édimbourg à qui il avait été présenté, dont les professeurs Stewart, Blair et M. Mackenzie-l'homme du sentiment, qu'il a appelé « literati ”, ainsi que Patrick Miller, Henry Mackenzie, Duchesse de Gordon, Comtesse de Glencairn, Lord Glencairn, (présenté à Burns par M. Dalrymple d'Orangefield le 7 décembre à Canongate Kilwinning) Lord et Lady Betty (sœur de Glencairn), Sir John Whitefoord, Henry Erskine et autres. Plusieurs des personnes mentionnées étaient membres de Lodge Canongate Kilwinning.

Robert Burns a fréquenté le Lodge Canongate Kilwinning et a été présumé membre. Le procès-verbal de la réunion du 1er février 1787 enregistre l'événement: «Le RW Master ayant observé que frère Burns était actuellement à la Loge, qui est bien connu comme un grand écrivain poétique, et pour une publication tardive de ses œuvres, qui ont été universellement félicité, a fait valoir qu’il devrait être présumé membre de cette Loge, ce qui a été accepté à l’unanimité et il a été présumé en conséquence ».

 

Il n'y a aucune autre référence à Robert Burns dans les minutes de la Loge de son vivant. Ce n'est pas inhabituel et n'implique pas nécessairement qu'il n'a fait qu'une seule visite au Lodge. Certains biographes de Burns suggèrent qu'il a assisté à la réunion de la Loge du 7 décembre 1786.

 

«Lors d'une réunion de la Loge des Francs-Maçons de Canongate Kilwinning, tenue le 7 décembre 1786, Burns fut, par M. Dalrymple d'Orangefield, présenté à Henry Erskine comme le Past-Master de cette époque, M. Erskine s'intéressa profondément à ses préoccupations, et est devenu par la suite son correspondant. " ('Le livre de Robert Burns 1890 volume II, page 338' par le révérend Charles Rogers DD, LL.D. Fellow de la Society of Antiquaries of Scotland)

 

Les procès-verbaux des années 1750 et 1760 énuméraient chaque membre et visiteur participant à chaque réunion, cette pratique s'éteignit malheureusement dans les années 1770, probablement en raison du travail croissant que les réunions devinrent de plus en plus populaires.

La tradition veut que Robert Burns soit inauguré en tant que poète lauréat de la Loge le 1er mars 1787 (voir À propos de la peinture d'inauguration). Le procès-verbal de cette date ne mentionne pas Robert Burns mais il n'y avait aucun doute parmi les membres de la Loge à l'époque et par la suite que Burns était son premier poète lauréat.

 

Un éminent QC, RW MacLeod Fullarton a fait une analyse complète et concise de la question dans sa préface au livre de Hugh C Peacock sur le sujet (voir «Robert Burns Poet Laureate of Lodge Canongate Kilwinning»), il conclut: -

«Pour résumer, il existe un grand nombre de preuves, directes et indirectes, y compris les affirmations, les actes et la conduite de ceux qui sont le plus susceptibles de savoir et qui ont le plus de droit de parler et de croire. Il existe une tradition continue et, jusqu'à une époque récente, incontestée reposant sur ces preuves.

 

D'un autre côté, il n'y a aucune preuve du contraire, mais seulement une insistance empressée sur l'absence de certaines preuves supplémentaires, principalement inadmissibles en droit, même si elles existaient, et tout cela de manière à ne présenter aucune contradiction logique d'aucune partie de la preuve positive en faveur du fait. Il n'est pas exagéré de dire que rien ne pourra jamais être prouvé si l'absence de preuves supplémentaires était admise pour contrebalancer une preuve positive du fait. »

Fullarton était également maître maçon de la loge ainsi que grand barde de la grande loge d'Écosse. La publication de Hugh C Peacock «ROBERT BURNS POET-LAURÉAT DE LODGE CANONGATE KILWINNING FAITS à l'appui de son élection et de son inauguration le 1er mars 1787» est l'étude la plus complète et la plus concise de la question qui existe aujourd'hui.

Le procès-verbal de la réunion de la loge du 1er mars 1787 a été signé par Alexander Fergusson de Craigdarroch en tant que maître et Charles More en tant que maître suppléant, suggérant qu'il s'agissait d'une réunion régulière de la loge et peut donc ne pas avoir été un événement aussi important que certains voudraient nous croyez. Charles More était cependant catégorique: Burns a été nommé poète lauréat de The Lodge.

La controverse sur l'affaire de Robert Burns en tant que premier poète lauréat de la Loge n'a existé que près de 100 ans après l'événement et, plus important encore, des décennies après que les membres de la Loge qui ont été témoins oculaires de l'événement étaient décédés depuis longtemps.

 

Les livres de procès-verbaux de la Loge confirment que Burns a été nommé membre et, selon les détails produits par Hugh C Peacock, assisté d'Allan McKenzie, montrent de nombreuses autres preuves que Burns a été son premier poète lauréat. Beaucoup de personnes qui ont joué un rôle important dans la carrière de Burns étaient également membres de Lodge Canongate Kilwinning et nous espérons que cela ressortira des détails des personnages représentés dans le tableau.

©2020 by Lodge Canongate Kilwinning 2.

  • Facebook